Livres

Vivre vite – Brigitte Giraud

La maison sera rasée pour laisser place à une route. La narratrice, qui n’est autre que l’auteur, tourne une page de plus de vingt ans. Vingt ans qu’elle aurait dû passer dans cette maison avec Claude, son mari, et son fils Théo.

Le 22 juin 1999, la frénésie du déménagement et des projets de rénovation de cette vieille bâtisse lyonnaise ne seront plus que de lointains souvenirs. Claude est victime d’un accident de moto qui lui coûtera la vie.

En usant du « si », Brigitte Giraud construit son récit à la manière du modèle des plaques de Reason. Ainsi décortique-t-elle minute après minute les quelques jours qui ont précédé la mort de son mari. C’est une véritable autopsie de leur quotidien pour mettre en lumière les évènements qui seraient passés inaperçus s’ils n’avaient pas conduit à l’accident. Une occasion de se rappeler qu’on ne vivait pas tout à fait de la même manière à cette époque où téléphone mobile et limitations de vitesse étaient des concepts nouveaux. De cette manière, à sa manière, elle exorcise la souffrance, la douleur de l’absence et la culpabilité sans jamais les nommer ou les exprimer directement.

La route lui a pris son mari, lui prend sa maison et Brigitte Giraud prend le chemin de la guérison par l’acceptation. Lâcher les armes pour mieux lâcher prise et vivre. Elle choisit par les mots de cautériser cette blessure qui l’a trop rongée silencieusement et de dérouler une dernière fois le fil de soie si fin et fragile qui tissait leur bonheur.

Elle le fait avec lucidité, pudeur et élégance, rendant ce livre d’autant plus bouleversant.

16 réflexions au sujet de “Vivre vite – Brigitte Giraud”

      1. Il vaut mieux que tu sois plus attentive à la route qu’à l’émission de radio !
        Ce livre m’a pas mal chamboulée et j’y ai repensé pendant longtemps après l’avoir lu. J’ai d’ailleurs mis du temps à écrire le billet.
        Peut-être aussi que le fait d’habiter à quelques pas de l’endroit où a eu lieu l’accident y est pour beaucoup.
        Tu me diras ton avis lorsque tu l’auras lu ?

        J’aime

  1. Hello Maman lyonnaise
    Ce livre me semble pas gai du tout.
    Accepter, lâcher les armes, comme c’est difficile.
    La vie est trop injuste. Ca me révolte.
    Quelle force il faut avoir pour accepter l’inacceptable. Je pense à la petite Lola 😥
    Je crois que je ne lirai pas ce livre qui sera en Poche peut-être début 2024 ?
    Bises

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou Nicole,
      Au début, comme toi je ne me sentais pas de lire ce roman sur ce sujet difficile. Ma curiosité l’a emporté lorsque j’ai su que Brigitte Giraud était lyonnaise. Chauvine j’ai été !
      Elle aborde son histoire avec tellement de hauteur et d’élégance qu’il n’y a dans son récit aucun pathos. Elle nous fait replonger dans le Lyon des années 90, tellement différent. Des quartiers que nous connaissons bien : la Croix-Rousse, Caluire, la Part-Dieu,… . C’est un texte prenant qui m’a fait l’effet de ces films tirés de faits réels dont tu connais la fin mais dont tu espères toujours que les acteurs, par on ne sait quelle pirouette, vont réussir à changer le cours de l’histoire.
      Elle aura mis 20 ans pour coucher ces mots, ce n’est pas rien et cela donne une idée du travail qu’elle a accompli pour arriver à le faire.
      Après, si tu ne le sens pas, il ne faut pas insister. La lecture ne doit pas faire mal.
      Bisous

      J’aime

      1. Hello Maman lyonnaise
        Je vais voir si quelqu’un en parle au Club de Lecture 🙄
        Et tu sais, je peux changer d’avis 😉
        Bises et bonne journée

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s